La RESPIRATION pour combattre le STRESS

Aujourd’hui, le terme STRESS est un terme que l’on entend à répétition notamment dans le milieu professionnel, cependant, il se prolonge de plus en plus dans notre vie personnelle. Tout peut être une forme de stress, la société elle-même nous pousse vers cette tension. L’exemple parfait que l’on connait tous : tu as 30 ans et tu n’as toujours pas de fiancé ? ni d’enfants ? ni de CDI ? Mais que se passe t-il ?

Les différents types de stress : 

Le stress se manifeste différemment selon les personnes, mais surtout selon l’origine de l’élément déclencheur. 

  • Le stress occasionnel ; celui enclenché par un événement spécifique qui représente pour nous un danger, une menace.
  • Le stress permanent ; provoqué par une pression quotidienne, par une mauvaise hygiène de vie, par un surmenage général. Il est davantage difficile à cerner, moins visible, mais tout autant néfaste.
  • Le bon stress ; celui qui nous challenge, nous pousse à nous dépasser, à aller plus loin.

Cependant, notre corps, ne fait pas la différence entre le bon et le mauvais stress. La seule chose qui diverge, c’est notre manière de percevoir les choses, notre manière de réagir face aux événements, aux situations dites stressantes.

 Donc, clairement, nous sommes tous sujets au stress, à un niveau différent.

Pour ma part, le stress était très présent en milieu scolaire lorsque je devais m’exprimer à l’oral devant mes camarades de classe et les enseignants. Par manque de confiance en moi, par crainte du jugement, par peur du regard des autres, cette situation m’était inconfortable voire presque insoutenable. C’était le genre de situation que je souhaitais éviter à tout prix, car je connaissais les conséquences sur mon corps.

Stress = réaction physique 

Quand le stress est présent, on le ressent physiquement. Notre souffle se raccourcit, s’accélère, on manque d’air, notre respiration est bloquée au niveau du thorax. Le fait d’être tétanisé, cela empêche l’expansion de nos poumons.
Plus cette respiration courte et rapide persiste, plus nous développons d’autres symptômes visibles et encore plus gênants qui vont amplifier davantage notre stress ; comme celui de rougir en public, avoir la sensation de jambes molles, la perte incontrôlée de notre mémoire, une transpiration excessive, une anticipation de notre cerveau à créer des scénarios catastrophiques, etc.

Ces symptômes sont davantage liés au stress occasionnel, en revanche le stress à long terme peut-être facteur de maladies beaucoup plus importantes. Il est important de prendre les choses en main rapidement aux moindres premiers signes. (Insomnie, fatigue importante, maux de tête, de ventre, etc.)

On nous conseille souvent de pratiquer le yoga, la sophrologie, la relaxation, la méditation… Un tas d’outils anti-stress qui sont cependant tous rattachés à une seule chose : LA RESPIRATION.

 

Apprendre à respirer pour combattre le stress.

On en oublierait presque de respirer, car nous imaginons cela comme automatique. Cependant, la respiration nourrit nos cellules, oxygène et purifie notre corps, détend nos muscles, nous calme. Mais au-delà de ça, la respiration nous permet de contrôler nos humeurs, réguler nos émotions et nos pensées.

Le stress est une réaction physiologique que l’on a besoin de canaliser. Dès lors que le stress est présent ou que l’on le sent venir, il est nécessaire de prendre quelques minutes pour respirer et surtout prendre conscience du moment présent.

Le moment présent, c’est celui où l’on respire. 

Comment bien respirer 

Installez-vous sur le bord de votre chaise, poitrine ouverte, colonne allongée, menton légèrement rentré, épaules relâchées, mais légèrement tirées en arrière.

Une main sur le ventre, l’autre sur le thorax pour sentir le mouvement de votre corps.

Commencez par prendre une grande et profonde inspiration en gonflant votre ventre, élargissez votre poitrine et soulevez vos clavicules. Cela doit vous prendre 10 secondes.

Garder l’air dans vos poumons 10 secondes, sans bloquer aucune partie de votre corps. Soyez totalement détendu.

Expirer complètement, vider tout l’air présent dans votre corps en rabaissant les clavicules, refermant la poitrine et en rentrant le nombril au plus près de la colonne. Vous devez même pouvoir ressentir la zone abdominale se contracter. 10 secondes d’expiration.

Chaque respiration vous prend au minimum 30 secondes.

Faites cet exercice plusieurs minutes ou plusieurs respirations et ressentez la différence entre votre état physique et émotionnel avant et après.

Le fait de retenir le souffle agit sur notre système nerveux sympathique. C’est lui qui agit lorsque nous sommes confrontés à une situation de stress et c’est notamment lui qui contrôle notre rythme cardiaque. Le fait de retenir le souffle permet à notre oxygène d’être l’outil de substitution dont vous avez besoin à ce moment-là.

Bien évidemment, on ne peut pas rejeter une peur, une crainte, une expérience difficile, mais on peut l’accompagner pour traverser cette situation et gagner en courage.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :